Comment allier prébiotiques et grossesse pour protéger votre bébé ?

0
300

A quelle adresse dois-je vous envoyer les menus de grossesse ?
1 semaine type de menus pour apprendre à bien manger pendant la grossesse !

Déjà +1000 Futures Mamans dans la Tribu

1 SEMAINE DE MENU TYPE

L’équilibre de notre microbiote est garanti grâce à l’alliance prébiotiques et grossesse. Prébiotiques et probiotiques vont prendre ici toutes leurs importances. Mais pas seulement ! Nous allons découvrir dans cet article comment prendre soin de nos bactéries intestinales pendant la grossesse. Objectif : être en forme pendant ces 9 mois de grossesse et donner le meilleur à notre bébé dès la naissance.

Notre microbiote intestinal est au service de notre santé et de notre bien-être. Il est aussi appelé flore intestinale. Il se compose d’un ensemble de micro-organismes (bactéries, levures, champignons, virus) vivant dans notre intestin.

Lorsque notre microbiote est « équilibré », cela influe sur un bon état de santé. En revanche lorsque notre microbiote est en dysbiose c’est-à-dire qu’il est « déséquilibré » cela peut avoir des répercussions sur notre état de santé. La dysbiose se définit comme un déséquilibre de la qualité et/ou quantité du microbiote intestinal.

Qu’est-ce que le microbiote ?

Pas toujours facile de s’y retrouver avec tout ces mots scientifiques. Le microbiote représente les différents micro-organismes qui vivent bien au chaud dans nos intestins. On recense environ 60 000 milliards de bactéries soit autant que toutes les cellules de notre corps. Il existe environ 1000 espèces bactériennes différentes. En moyenne, nous en hébergeons chacun 160 à 200. Il faut savoir que 1/3 de nos bactéries sont communes à tous et 2/3 sont propres à chacun. Autant dire qu’en termes de bactérie, nous sommes uniques. Même les vrais jumeaux qui sont génétiquement identiques seront complètement uniques du point de vue de leur microbiote intestinal.

À quoi servent toutes ces bactéries présentes dans notre intestin ?

Leur rôle est essentiel au bon fonctionnement de notre organisme :

  • Développement de notre muqueuse intestinale
  • Elles synthétisent des vitamines
  • Interviennent dans la digestion
  • Interviennent dans le système immunitaire intestinal et nous protègent contre les bactéries potentiellement néfastes
  • Dégradent certains composés (médicaments)
  • Interagissent avec notre cerveau et jouent un rôle dans notre comportement, notre appétit…

Saviez-vous que lorsque notre microbiote est en dysbiose cela peut se répercuter sur tout notre organisme et être vecteur de maladie ?

Quelles sont les conséquences d’un déséquilibre du microbiote ?

Il peut arriver que cet équilibre soit perturbé suite à :

  • La prise de médicament (antibiotiques, anti-inflammatoires)
  • Une infection digestive (gastro, candidose..)
  • Le stress
  • Une alimentation inadaptée
  • Modification génétique

Les conséquences sont nombreuses et souvent inattendues. Quand j’ai découvert ce paramètre lors de ma formation en Micronutrition, cela a totalement bouleversé ma vision des choses. Aujourd’hui, on sait qu’un déséquilibre du microbiote interagit sur :

  • Le stockage des graisses au niveau du tissu adipeux
  • Le métabolisme énergétique au niveau des muscles
  • Le métabolisme du foie (stéatose hépatique ou « foie gras »)
  • Les maladies cardiovasculaires
  • La teneur en lipides des tissus (oeil)
  • La bouche (parodontite)
  • Les intestins eux-mêmes
  • Le cerveau

Ce dernier aura une grande importance pour la femme enceinte. Les répercutions au niveau du cerveau peuvent influencer nos fringales.

Pourquoi prendre soin de nos bactéries intestinales pour gérer notre poids ?

Maîtrise de nos fringales

Les messages entre le cerveau et notre microbiote sont assez étonnants. On a souvent tendance à penser que le cerveau est le maître de notre corps. Cependant ici, notre écosystème intestinal prend le dessus. L’écosystème intestinal comprend notre fameux microbiote (bactéries…), notre système immunitaire intestinal, et notre muqueuse (c’est le revêtement tissulaire de notre intestin). Il est capable d’envoyer 9 messages à notre cerveau quand celui-ci envoie qu’un seul petit message.

Des chercheurs de l’University College de Cork (Irlande) ont montré que notre microbiote agit sur notre système nerveux central qui permet de réguler notre taux de sérotonine. C’est un neurotransmetteur qui intervient dans le contrôle de l’humeur. Un manque de sérotonine est souvent caractérisé par un comportement alimentaire compulsif avec généralement une attirance pour les produits sucrés. Ce trouble survient souvent en fin de journée.

Pour résumer, un déséquilibre de notre microbiote pourra être lié aux fringales de fins de journée. Raison de plus pour prendre soin de vos bactéries intestinales.

Déséquilibre du microbiote et obésité

Une équipe belge de l’université catholique de Louvain vient d’attribuer une nouvelle fonction à une espèce de bactéries intestinales, Akkermansia muciniphila. Elle jouerait un rôle prépondérant dans le contrôle de l’obésité. En effet, cette bactérie est naturellement présente dans notre intestin. Une corrélation existe entre une faible proportion de ces bactéries et le développement de l’obésité. Une alimentation riche en graisse interviendrait dans sa diminution.

Une bonne alimentation, notamment riche en fibres, sera garante de notre bon équilibre intestinal. En conséquence, nous sommes plus à même de contrôler notre poids.

De bonnes bactéries que nous allons transmettre à notre enfant

Pour cette partie j’ai souhaité reprendre un extrait du livre Le charme discret de l’intestin : Tout sur un organe mal aimé de Giulia Enders. Ce livre présente de façon simplifiée le fonctionnement de tout notre système digestif et aborde notamment tous les points essentiels pour lui garantir une forme olympique. Un livre qui se lit comme un roman, plein d’humour et des comparaisons rigolotes, mais tout à fait adaptées. Je vous le recommande vivement si vous souhaitez tout savoir sur votre intestin et les bactéries qui vous protègent et qui protègent vos enfants. Vous découvriez également comment en prendre soin.

Extrait du livre Le charme discret de l’intestin : Tout sur un organe mal aimé

« Dans le ventre de nos mères, nous sommes en général dépourvus de tout germe. Pendant neuf mois, nous ne sommes en contact avec rien ni personne d’autres que notre mère… Nous mangeons et respirons par l’intermédiaire du sang de maman, maintenu stérile par son système immunitaire. Nous sommes enveloppés dans la poche des eaux et enfermé dans un utérus musculeux, lui-même fermé comme une jarre par un gros bouchon muqueux. Aucun parasite, aucun virus, aucune bactérie, aucun champignon et, bien sûr aucun n’être humain ne peut ainsi être en contact avec nous. Nous sommes plus propres qu’une table d’opération après qu’on l’a passée au jet désinfectant….

prébiotiques et grossesse

À peine la poche des eaux perd-elle son imperméabilité que la colonisation commence….Avant que nous ne plongions pour la première fois notre regard dans celui de notre mère, ses sous-locataires à elle nous ont d’abord regardés dans les yeux. Pour commencer, nous faisons la connaissance de sa flore vaginale – un petit peuple qui défend comme une armée son territoire très important… Ce qui reste c’est un doux « manteau de bactéries » qui enveloppe le corps propre du bébé pour le protéger… La communauté recensée se compose principalement d’exemplaires de la flore vaginale et intestinale maternelle, des germes cutanés et d’une sélection de ce que l’hôpital a en ce moment à proposer…

Certaines de ces bactéries n’ont besoin que d’une vingtaine de minutes pour mettre au monde la génération suivante…Si l’évolution démographique est rapide, trois ans environ seront nécessaires pour qu’une flore adaptée trouve son équilibre dans nos intestins…. »

Une lecture passionnante et amusante !

Ce lire est disponible en version papier :

Il est également disponible en version kindle :

Comment développer un bon microbiote ?

Nous allons découvrir dans cette dernière partie, comment prendre soin de nos bactéries intestinales. Nous verrons qu’il est simple d’intégrer dans son alimentation des prébiotiques tout au long de la grossesse. L’association prébiotiques et grossesse mais également probiotiques et grossesse sont d’un grand secours lorsque notre organisme est mal en point.

Prébiotiques et grossesse, une habitude simple à mettre en place !

Un aliment présente un effet prébiotique s’il favorise la croissance et l’activité des bonnes bactéries intestinales. Ainsi les bonnes bactéries auront plus de pouvoir sur les mauvaises bactéries. Nous appelons « fibres alimentaires » tout ce qui ne peut pas être assimilé dans notre intestin. Cependant, elles contribuent à nourrir nos bonnes bactéries dans le gros intestin. La plupart des Européens ne totalisent que la moitié des 30 grammes de fibres alimentaires recommandés par jour. Les bonnes bactéries peuvent donc parfois être insuffisamment présentes pour lutter contre les mauvaises. Et par conséquent, parfois celles-ci peuvent donc triompher.  Lorsque nos bonnes bactéries sont bien nourries, elles vont pouvoir ainsi produire des vitamines et de bons acides gras. Mais elles contribueront également à maintenir notre système immunitaire en pleine forme.

Ces aliments sont présents dans certains fruits et légumes, ainsi que dans le lait maternel. Deux prébiotiques courants sont l’inuline, que l’on trouve dans les racines de chicorée, et les fructo-oligosaccharides (FOS), présents entre autres dans l’ail, l’oignon et la banane. Mais également, l’amidon résistant que l’on retrouve dans les pommes de terre et le riz après cuisson et une fois refroidit.

Voici une petite liste des principaux prébiotiques. N’hésitez pas à concocter des recettes à partir de ces aliments afin de vous faire du bien en faisant du bien à vos gentilles bactéries qui nous protègent.

Quelques prébiotiques pour votre grossesse :

  • Artichaut
  • Asperges
  • Endives
  • Bananes vertes
  • Topinanbourg,
  • Ail
  • Oignon,
  • Panais,
  • Salsifis,
  • Poireau
  • Pomme de terre refroidie…

prébiotiques et grossesse

Les prébiotiques font généralement partie de la famille des FODMAPs. Ils doivent être consommés avec prudence, pour celles qui ont des troubles fonctionnels intestinaux. Il est préférable d’augmenter progressivement vos apports en fibres alimentaires, si vous n’en avez pas l’habitude d’en consommer, cela vous permettra d’éviter un inconfort intestinal.

Ne passez surtout pas à côté de ce passage !

Pour conclure sur ce point je vais à nouveau vous proposer un extrait du livre Le charme discret de l’intestin : Tout sur un organe mal aimé qui m’a fait beaucoup rire.

« Quand on augmente les fibres alimentaires, on le fait progressivement et sans exagérer la dose. Sinon, résultat : c’est le grand festival du prout… Le grand festival du prout n’est pas une manifestation des plus agréables : une trop grande quantité de gaz ballonne notre intestin, et c’est plutôt inconfortable. En revanche un petit pet par-ci par-là, c’est très bon pour la santé… Si la mélodie est laissée à l’appréciation de chacun, l’odeur nauséabonde, elle, ne devrait pas être à l’ordre du jour. Les bifidobactéries et les lactobacilles, par exemple, ne dégagent pas de mauvaises odeurs. Et pour ceux qui targuent dignement de ne jamais avoir de flatulences, sachez-le : un mauvais péteur est aussi un mauvais hôte qui laisse ses bactéries mourir de faim. »

Une recette pour la femme enceinte riche en prébiotiques

Salade de pommes de terre

Pour 1 personne (multipliez les quantités en fonction du nombre de personnes)

  • 200g de pomme de terre
  • 1 oeuf
  • Quelques radis
  • 1/2 concombre
  • Oignon
  • Ail
  • Roquette
  • Huile Olive/Colza
  • Vinaigre de cidre
  • Coriandre surgelée

Épluchez et faites cuire les pommes de terre à l’eau ou à la vapeur. J’utilise un cuit-vapeur pour la cuisson de mes légumes et je les assaisonne après cuisson.

Pendant ce temps, coupez en lamelles fines le concombre. Lavez, retirez les racines des radis. Coupez-les en lamelles. Pelez l’oignon et l’ail et hachez-le.

Faites cuire les œufs durs. Une fois cuits, refroidissez-les en les passant sous l’eau froide ou en les plongeant dans un saladier d’eau froide et de glaçons. Écalez-les et coupez-les en morceaux de taille moyenne.

Une fois les pommes de terre cuites, laissez-les refroidir et coupez-les en dés et placez-les sans un saladier avec les autres ingrédients. Assaisonnez avec l’huile d’olive/colza, le vinaigre, ajoutez la coriandre et assaisonner à votre convenance.

Avantage de cette recette pour la grossesse :

Recettes riches en fibres alimentaires et donc en prébiotiques. En plus d’être bénéfiques pour vos bonnes bactéries intestinales, elle est équilibrée et complète. Bonne dégustation !

Ne pas confondre prébiotiques et probiotiques

Les prébiotiques ne doivent pas être confondus avec les probiotiques, qui sont des micro-organismes ayant des effets bénéfiques sur notre santé. Cependant, probiotiques et prébiotiques sont souvent associés, les premiers apportant des micro-organismes bénéfiques, et les seconds leur assurent une croissance optimale.

Probiotiques et grossesse, comment les mettre à notre service ?

Chaque jour, nous avalons des milliards de bactéries et certaines résistent aux différents processus digestifs pour se retrouver vivantes dans notre gros intestin. La majorité de ces bactéries sont encore inconnues, cependant certaines ont prouvées leur efficacité et nous apportent de nombreux biens faits. Elles sont bénéfiques et on les appelle probiotiques.

  1. Les probiotiques prennent soin de notre intestin et nous aide dans notre capacité à assimiler les aliments, les vitamines et minéraux.
  2. Les probiotiques ont un rôle protecteur contre les mauvaises bactéries.
  3. Ils travaillent en étroite relation avec nos cellules immunitaires

Il arrive parfois que notre organisme soit mal en point suite à un traitement antibiotique, une mauvaise alimentation, une maladie, au stress… Nos bonnes bactéries sont débordées ou insuffisantes et nous ne bénéficions plus de leur protection. Par chance, nous trouverons un panel de probiotiques en parapharmacie ou pharmacie qui viendront nous aider à rétablir l’équilibre. Chaque probiotique aura une action spécifique. Il faudra veiller à être bien conseillé.

Un bon probiotique sera efficace sur les diarrhées, le système immunitaire, les allergies. Cependant, les dernières recherches ont fourni des résultats prometteurs pour les troubles digestifs, l’intolérance au lactose, le surpoids, les troubles articulaires inflammatoires…

Points essentiels à retenir :

Vous l’aurez compris, certains maux ou traitements devraient être systématiquement associés à une prise de probiotique notamment et surtout lors de la prise d’antibiotique. Sachez que les antibiotiques n’éliminent pas seulement l’agent responsable de votre maladie, mais aussi vos bonnes bactéries. Pour faire perdurer un bon équilibre, il est évident que l’alimentation doit être riche en végétaux (fruits et légumes) qui apporteront suffisamment de fibres alimentaires. Elle sera donc riche en prébiotiques pour nourrir comme il se doit vos bonnes bactéries. Ainsi vous avez la garantie d’avoir une protection optimale. A contrario une alimentation déséquilibrée, riche en graisse et en sucre sera donc néfaste.

Si vous souhaitez passer un bon moment je vous recommande ce livre que j’ai déjà lu 2 fois : Le charme discret de l’intestin : Tout sur un organe mal aimé

Mon avis sur les prébiotiques et probiotiques et la grossesse

Armez votre intestin au maximum de bonnes bactéries grâce aux probiotiques et aux prébiotiques. Mettez toutes les chances de votre côté en alliant prébiotiques et grossesse. Ainsi lors de l’accouchement par voie basse votre enfant arrivera au monde déjà mieux protéger pour lutter contre de futures infections. Savez qu’un enfant né par césarienne aura besoin de 7 ans pour égaler un enfant né par voie basse sur le plan de sa flore intestinale. Cela est dû au fait qu’il n’entre pas en contact avec la flore vaginale et intestinale de sa maman. Il sera donc protecteur pour les enfants nés par césarienne, de faire des cures régulières de probiotiques d’autant plus s’ils sont nourrit au biberon.

Chez nous, nous utilisons les probiotiques en cas de prise d’antibiotiques. À savoir que les antibiotiques sont pris en dernier recours. Nous nous soignons beaucoup avec l’homéopathie. Au début de l’automne, je fais également une cure de probiotique avec mes enfants que nous renouvelons au cours de l’hiver. Ainsi notre système immunitaire est paré pour affronter notre hiver. Nous habitons en Haute-Savoie et l’hiver peut être long et rude.

Notre alimentation est diversifiée. Nous avons régulièrement de prébiotiques dans notre assiette.

Téléchargez mes idées de menus et de recettes spécialement adaptées aux femmes enceintes

Qu’avez-vous aimé dans cet article ou pas aimé ? On en discute dans les commentaires !

Vos idées d’amélioration et de complément sont les bienvenues, ainsi que votre expérience et vos retours !

  • Avez vous déjà utilisé des probiotiques pour vous-même ou pour vos enfants ?
  • Il est finalement simple d’entretenir nos bonnes bactéries intestinales. Allez-vous mettre en place plus régulièrement une alimentation riche en prébiotiques durant votre grossesse ?
  • Avez-vous d’autres recettes simples et rapides à base de prébiotiques à partager ?

Laissez votre avis juste en dessous, merci beaucoup !

N’hésitez pas à partager cet article avec les personnes de votre entourage qui pourraient être intéressées et sur les réseaux sociaux !

Rendez-vous sur Hellocoton !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here