Comment remplacer les produits industriels pour une grossesse sereine ?

0
190
produits industriels pour la grossesse

A quelle adresse dois-je vous envoyer les menus de grossesse ?
1 semaine type de menus pour apprendre à bien manger pendant la grossesse !

Déjà +1000 Futures Mamans dans la Tribu

1 SEMAINE DE MENU TYPE

Dans cet article, je souhaite vous faire part de 2 catégories de produits que je n’achète jamais. Comment remplacer les produits industriels pour la grossesse sereine ? Bien faire ses courses pendant la grossesse n’est finalement pas si compliqué. Il est possible de trouver des solutions simples et rapides pour optimiser la qualité des produits que nous achetons. À l’heure où les produits alimentaires industriels occupent une grande part du marché avec un marketing toujours plus fort, on constate en parallèle que de nombreuses maladies ont augmenté de façon considérable ces dernières années.

Les grandes maladies du siècle

Le cancer notamment, fait parti de ces nombreuses maladies qui ne cessent de croître au fil du temps. L’obésité est également un problème, tant les répercutions sur la santé sont nombreuses.

Je consulte depuis plus de 10 ans en libérale et l’obésité est un phénomène très préoccupant. Je rencontre de plus en plus de personnes avec un indice de masse corporelle ou IMC supérieur à 40, ce qui indique une obésité morbide. Plus l’obésité est importante, plus les répercussions sur la santé sont nombreuses. Mais surtout, je vois de plus en plus de jeunes enfants souffrir d’un problème de surpoids ou d’obésité. En tant que maman, il m’est à chaque fois difficile d’entendre leur souffrance et l’école n’arrange rien en générale. Les enfants entre eux peuvent facilement se blesser que ce soit totalement involontaire ou non.

Un bon capital santé avant tout

C’est pour cela que j’ai souhaité aborder dans cet article, la consommation de produits industriels et les répercussions qu’elle peut avoir sur notre santé. La consommation de produits industriels ne cesse d’augmenter. Sommes nous réellement bien informés ? Quelles conséquences pour notre grossesse et notre bébé ? J’espère que cet article pourra vous aider à y voir plus clair et à prendre davantage de précautions quant à vos choix de produits.

À la maison, nous essayons autant que possible de limiter la consommation de produits industriels. Pendant mes grossesses, j’ai fait très attention à ce que je mangeais, car je souhaitais offrir à mon enfant, un bon capital santé. La santé future de notre enfant passe déjà par de bonnes habitudes alimentaires au cours de la grossesse, mais également pendant les mois qui précèdent la conception. Alors, il ne faut plus attendre et s’y mettre dès à présent.

Dans le quotidien, ce n’est pas toujours facile

Mon mari a reçu une éducation nutritionnelle très différente de la mienne et ce n’est pas évident de s’accorder quant à l’alimentation de nos enfants. Et je ne développerai même pas le chapitre « chez mamie et papi », car je pourrai écrire un roman, tant j’aurai de choses et d’anecdotes à raconter :). Sur ce point, je suis rassurée, car beaucoup de mamans font le même constat que moi. Elles me racontent en consultation les problèmes qu’elles rencontrent avec les grands-parents. Si vous attendez votre premier enfant, vous le découvrirez bien assez tôt !

Découvrons les 2 catégories de produits industriels que je n’achète jamais.

Je vais vous présenter 2 catégories de produits que je n’achète jamais. Pour vous aider, je vous proposerai une solution simple, mais surtout plus saine pour les remplacer. Il va falloir bannir au maximum les produits industriels pour la grossesse notamment toutes les préparations cuisinées. Elles sont trop grasses, riches en sel, elles contiennent des additifs, et parfois même du sucre (y compris dans les préparations salées)…

Pour vous exposer les faits, j’ai sélectionné 2 produits dont on me rapporte souvent leur utilisation. Je ne cherche pas à dévaloriser telles ou telles marques. Cependant pour mon comparatif, je me suis rendu dans le super marché le plus proche et j’ai pris la composition de 2 produits que vous retrouvez en photo ci-dessous.

 Carottes râpées industrielles

J’ai été particulièrement surprise en comparant ces 2 produits, je vous explique cela dans un instant.

Quelles sont nos attentes concernant l’achat d’un produit bio plutôt qu’un produit standard ? Pour mieux comprendre, essayons de décrypter la composition des 2 produits.

Comparatifs des 2 produits :

  1. Dans les carottes râpées standard, nous retrouvons 83 % de carottes contre 79% dans les carottes râpées bio.
  2. L’huile utilisée pour les carottes râpées standard est de l’huile de colza contre de l’huile de tournesol en majorité dans les carottes râpées bio. Il est indiqué qu’il y a de l’huile d’olive extra-vierge dans les carottes bio, mais elle arrive dans la liste après le vinaigre et le jus de citron. Pour rappel, les ingrédients sont classés par ordre décroissant. C’est à dire du produit contenu en plus grande quantité au produit contenu en plus faible quantité.
  3. Dans les carottes bio, il y a du sucre ajouté.
  4. Chacun des 2 produits contient des épaississants
  5. Les carottes râpées standard contiennent des conservateurs alors que les carottes bio n’en ont pas.

Bilan de l’analyse de la composition des 2 produits :

  1. Donner la priorité à la quantité de carottes dans le produit : ici les carottes râpées standard remportent un point.
  2. L’huile de colza sera à privilégier, car elle apporte des oméga 3 contrairement à l’huile de tournesol qui est extrêmement riche en oméga 6. Les oméga 3 et les oméga 6 sont des acides gras polyinsaturés, ils sont dits essentiels, car ils ne peuvent être apportés que par l’alimentation. Il est important de veiller à l’équilibre entre les deux. Les oméga 6 sont déjà présents en grande quantité dans notre alimentation et cela perturbe l’équilibre. Les oméga 3 se font plus discrets et certaines huiles sont un bon moyen pour optimiser facilement les apports au quotidien. Il faut donc donner la priorité aux huiles apportant des oméga 3 pour rétablir l’équilibre comme l’huile de colza dans le cas présent. Pour une qualité optimale, il sera préférable d’utiliser des huiles bio portant la mention première pression à froid. Le fait de chauffer les graines (comme dans beaucoup d’huiles industrielles) entraîne une transformation moléculaire des acides gras insaturés, ce qui empêche une bonne assimilation par l’organisme. Donc nous ne donnerons ici qu’un demi-point pour les carottes râpées standard.
  3. Le sucre est aussi appelé « le démon blanc » par de nombreux scientifiques. On parle ici du sucre dit « rapide » qui est ajouté et que l’on trouve malheureusement dans beaucoup de produits industriels comme dans le jambon, certaines conserves, etc. Les industriels l’ont bien compris, le sucre est un puissant exhausteur de goût. Il est également très addictif. Il favorise grandement l’embonpoint, mais surtout il affecte notre organisme et peut être à l’origine du diabète et de bien d’autres maladies.
  4. Les épaississants font partie des additifs alimentaires et peuvent avoir des répercussions sur notre santé et celle de nos enfants. La plupart des épaississants sont des sucres et peuvent donc avoir aussi une répercussion sur le poids. N’oubliez pas que la santé des consommateurs n’est pas l’objectif principal des industriels !!
  5. Les conservateurs entrent également dans la catégorie des additifs alimentaires, ils empêchent la prolifération des moisissures.

Pour conclure :

On pourrait avoir envie de privilégier le produit bio, car il nous donne l’idée que c’est un gage de qualité. Cependant, on se rend bien compte qu’il n’est pas forcément meilleur dans le cas présent. Je pense que ces 2 types de produits industriels pour la grossesse sont donc à éviter au maximum. Bien qu’ils puissent être intéressants pour leur côté pratique, rapide et prêt à l’emploi, les effets sur notre santé à long terme et celle de notre bébé sont conséquents.

Comment remplacer simplement ce type de produits industriels

Voici un exemple simple et rapide pour remplacer des carottes râpées industrielles. Nous avons ici un sachet fraîcheur de carottes râpées brut. Si l’on regarde de plus prêt la composition, on retrouve uniquement des carottes et rien de plus. L’idéal serait d’utiliser un sachet fraîcheur de carottes râpées bio (il n’y en avait pas dans mon super marché). Pour les plus courageuses, et si vous avez un robot, cela ne demande pas forcément beaucoup de temps pour faire des carottes râpées maison. Bien évidemment, les produits maison sont bien meilleurs au niveau du goût.

J’utilise des carottes de La Ruche que j’assaisonne avec un mélange d’huile olive/colza, jus de citron bio (30 secondes au presse-agrume manuel) et du persil frais ou surgelé. Lorsque j’ai peu de carottes à râper, j’utilise une râpe manuelle et la force de mes bras ! Et cela fait faire un peu d’exercice ;). Il est également possible d’assaisonner avec une vinaigrette à la moutarde, si vous le souhaitez.

Poêlées et plats cuisinés industriels

Voici un exemple d’un plat cuisiné industriel surgelé. Ici, c’est une ratatouille, mais ce que nous allons voir est valable pour la quasi-totalité des produits industriels cuisinés.

Petite analyse rapide de la composition pour commencer :

  1. Premier aliment que l’on retrouve dans la liste des ingrédients, c’est l’eau. Pourtant on parle bien d’un produit à base de légumes.
  2. Ensuite viennent les courgettes et les aubergines qui sont préfrites avec de l’huile de tournesol. En calculant la totalité des légumes que l’on retrouve dans cette ratatouille, on arrive à un total 76.4%.
  3. Dans la liste d’ingrédients, on retrouve bien évidemment le fameux « démon blanc » autrement dit le sucre ajouté.
  4. On aura également du sel ajouté.

Que pouvons-nous conclure de cette analyse ?

  1. Il y a souvent de l’eau ajouté dans les produits industriels afin d’augmenter le poids du produit sans augmenter la quantité d’ingrédients utilisés comme les légumes dans cet exemple. Cette technique des industriels est utilisée pour réduire les coûts et faire plus de bénéfices.
  2. Les 2 légumes principaux c’est-à-dire la courgette et l’aubergine sont frits à l’huile de tournesol. Vous vous souvenez, nous avons vu plus haut que l’huile de tournesol n’était pas idéale pour couvrir nos besoins en acides gras essentiels. Enfin, 76.4% de légumes dans le produit restent quand même un peu légers.
  3. La présence de sucre « rapide » est néfaste pour notre santé surtout s’il est consommé trop régulièrement. Ce sera le cas avec une consommation régulière de produits industriels qui sollicitera toujours plus notre pancréas à fonctionner pour réguler le taux de glucose sanguin c’est-à-dire le niveau de sucre dans le sang. L’épuisement du pancréas à sécréter de l’insuline ou la résistance des cellules à l’utiliser peut entraîner un diabète à long terme. Pendant la grossesse, les hormones du placenta créent une résistance des cellules à l’action de l’insuline. Une consommation de sucre trop fréquente peut avoir une action sur le poids et augmenter les risques de développer un diabète gestationnel.
  4. Le sel est un autre fléau pour notre santé. Il augmente les risques de maladies cardiovasculaires. Nos besoins en sel se situent aux environs de 3g/j. À ce dosage, il est essentiel, car il en joue un rôle important dans diverses fonctions de notre organisme. Or, la consommation en France est supérieure à 8g/j et certaines personnes absorbent plus de 12g/j, voire beaucoup plus. Le sel de table n’est pas le seul responsable, on retrouve notamment énormément de sel dans la plupart des produits industriels. À savoir que l’hypertension pendant la grossesse peut avoir des conséquences autant sur la maman que sur le bébé. Il faut donc choisir avec soins ses aliments et privilégier l’achat de produits pauvres en sodium.

Pour conclure :

Le constat rejoint globalement le premier que nous avons fait plus haut avec les carottes râpées industrielles. Les points essentiels à retenir pour ces produits industriels pour la grossesse, c’est qu’ils contiennent trop de sel, de graisses et du sucre. Le sel, le sucre et la qualité des graisses des produits industriels sont des points dont il faut se méfier en priorité pour maintenir notre santé à long terme.

Comment remplacer les poêlées et autres plats cuisinés industriels simplement ?

Pour remplacer simplement, mais surtout rapidement, les produits industriels cuisinés, pensez à utiliser les légumes bruts surgelés. Ici, nous avons 2 exemples de légumes que nous retrouvons facilement dans le commerce. Si nous analysons la composition, on retrouve 100% du légume en question. Il n’y a pas d’ajout de sucre, de sel ou de matières grasses.

À vous maintenant de composer vos mélanges afin de varier les plaisirs.

Comment ferais-je une ratatouille avec des produits bruts surgelés pour 1 personne ?

  • 40g de courgettes surgelés (idéale en bio)
  • 40g d’aubergines surgelés (idéale en bio)
  • 60g de quartier de tomates surgelés (idéale en bio)
  • 15g oignons émincés surgelés (idéale en bio)
  • 40g de poivrons en lanières surgelés (idéale en bio)
  • 1 cuillère à café d’huile d’olive (à privilégier lors des cuissons)
  • 1 bouquet garni et du poivre

Faire revenir à feu doux les oignons dans l’huile d’olive (à utiliser de préférence pour les cuissons, car l’huile de colza ne peut pas se chauffer à plus de 160°C). Ajouter les courgettes, les aubergines et les poivrons. Ajouter ensuite les tomates et les herbes aromatiques et laisser mijoter à feu doux jusqu’à cuisson complète.

Nous avons dans cette recette 4.5g de graisse contre 7.6g dans le produit industriel. Il n’y a pas de sucre ajouté ni de sel ajouté. Le goût étant rehaussé par les herbes aromatiques et le poivre.

Une seule chose à retenir : Place aux produits simples !

Voilà, il n’y a plus d’excuses ! Il est possible de manger des légumes facilement en utilisant les produits surgelés bruts qui ne nécessitent pas de temps de préparation du type épluchage et découpage. J’ai ce genre de produits au congélateur et je les utilise en dépannage lorsque je n’ai pas beaucoup de temps pour préparer le repas ou que je n’ai plus de produits frais. Je vais acheter essentiellement du chou-fleur, des brocolis et des petits pois, mais aussi des fruits surgelés comme les framboises ou les fraises quand ce n’est plus la saison. Pour le reste, j’aime tellement cuisiner que j’utilise principalement des produits frais.

Évitez au maximum les produits industriels pour la grossesse pour protéger votre bébé

Faites le plein de produits plus simples, mais surtout ayant une qualité incomparable pour votre grossesse et celle de votre bébé. Pour cela penchez-vous davantage sur les étiquettes des produits.

Qu’avez-vous aimé dans cet article ou pas aimé ? On en discute dans les commentaires !

Vos idées d’amélioration et de complément sont les bienvenues, ainsi que votre expérience et vos retours !

  • Rencontrez-vous des difficultés quant à la lecture des étiquettes des produits que vous achetez ?
  • Avez-vous l’habitude d’utiliser des produits tout prêts industriels ou privilégiez-vous les produits frais ou les produits bruts tels que les légumes surgelés ?
  • De quoi avez-vous besoin pour améliorer vos habitudes de consommations de produits sains tout au long de grossesse pour donner le meilleur à vos enfants ?

Laissez votre avis juste en dessous, merci beaucoup !

N’hésitez pas à partager cet article avec les personnes de votre entourage qui pourraient être intéressées et sur les réseaux sociaux !

Rendez-vous sur Hellocoton !
Noter si cet article vous a aidé
[Total : 2 Moyenne : 5]

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here