Voici un article très attendu notamment par Laeticia qui a un diabète de grossesse ou aussi appelé diabète gestationnel. En effet, elle m’a demandé si je pouvais écrire un article à ce sujet. Il est essentiel d’être bien orienté concernant son alimentation en fonction de son diabète gestationnel. Elle souhaite pouvoir adapter au mieux ses repas pour contrôler ses glycémies. Mais surtout éviter un éventuel traitement à l’insuline.

Le diabète de grossesse ou diabète gestationnel arrive souvent de façon inattendue. Il vient créer une tache sombre sur notre petit nuage blanc sur lequel nous nous sommes lotis depuis un petit moment déjà. Je reçois de nombreuses femmes enceintes en consultation. Elles sont souvent très inquiètes et totalement perdues suite à l’annonce de cette nouvelle.

Sommaire pour faciliter la lecture

Qu’allons-nous aborder aujourd’hui ?

Aujourd’hui, nous allons voir dans cet article comment aborder son diabète de grossesse en toute sérénité. Nous découvrirons qu’il n’est pas forcément compliqué d’adapter son alimentation au quotidien. Aussi, si vous suivez mes conseils depuis un petit moment, cela s’adaptera en toute simplicité. Vous verrez que les adaptations s’intégreront dans une douceur inattendue. À présent, nous allons dédramatiser toute cette histoire de diabète de grossesse. Mais, sans pour autant en réduire son importance qui reste capitale.

Qu’est-ce que le diabète de grossesse ou diabète gestationnel ?

Le diabète gestationnel est un diabète que l’on découvre au cours de la grossesse chez environ 5% des femmes enceintes. Cette complication de la grossesse peut avoir des conséquences sur la maman et sur le bébé. Le diabète peut provenir :

  • Des femmes qui ont un diabète jusqu’alors inconnu et que la grossesse va révéler.
  • Des femmes qui développent un diabète uniquement au moment de la grossesse. Le plus souvent, le diabète disparaîtra après la grossesse.

Cependant, il reste toutefois un risque non négligeable de l’ordre de 30% de développer un diabète de type 2 dans les 10 ans qui suivent la grossesse.

Le diabète se caractérise par une élévation du taux de glucose (de sucre) dans le sang : c’est l’hyperglycémie.

Habituellement, la baisse du taux de glucose dans le sang est régulée par une hormone : l’insuline. Elle est sécrétée par le pancréas. C’est un organe qui se situe derrière et un peu en dessous de l’estomac. Pendant la grossesse, le pancréas doit fournir 2 fois plus d’insuline. Et oui, il doit répondre aux besoins de la mère et du bébé. Parfois, cela ne se fait pas correctement ou insuffisamment et le taux de sucre dans le sang augmente. Et là, c’est le diabète gestationnel ou diabète de grossesse.

Quels sont les symptômes du diabète de grossesse et comment dépister ?

Les symptômes peuvent souvent passer inaperçus. Parfois, ils peuvent être identiques aux autres diabètes : soif intense, envie d’aller aux toilettes fréquemment avec des urines abondantes, fatigue importante, etc.

Généralement, le dépistage du diabète se fait à la fin du 2ème trimestre de grossesse. C’est à dire entre la 24ème et la 28ème. Parfois, le diabète peut être découvert lors d’une simple prise de sang au cours du premier trimestre.

Le dépistage :

Le dépistage repose sur le test de HyperGlycémie Provoquée par voie Orale (HGPO). On contrôle initialement la glycémie à jeun. Ensuite, on fait absorber à la femme enceinte 75g de glucose. La glycémie sera alors contrôlée après 1h et après 2h. Si les résultats dépassent les limites, le diabète de grossesse sera avéré.

Il y a quelques années, le dépistage d’un diabète gestationnel était systématique. Depuis 2010, des modifications ont été apportées et seules les femmes enceintes présentant des facteurs de risques devront faire ce test. Bien entendu, les femmes ayant une glycémie anormale lors d’une prise de sang de routine devront également s’y soumettre.

Mon expérience :

Lors de ma première grossesse qui est tombée à peu près au moment des changements, mon gynéco m’a fait faire le test. En revanche lors de ma 2ème grossesse, n’ayant aucun facteur de risque, ma sage-femme ne pas eut besoin de me prescrire ce test.

Sachez que dans 75% des cas, une bonne hygiène alimentaire sera amplement suffisante pour réguler vos glycémies et ne prendre aucun risque. Seulement dans 25% des cas, un traitement sera nécessaire pour équilibrer la glycémie.

Les personnes qui ont lu cet article on aussi lu :  Tisane femme enceinte, thé rouge ou rooibos : Quand est-il vraiment ?

Alors, pas d’inquiétude ! Faire un peu plus attention à son alimentation pour les prochains mois ce n’est pas la mer à boire comparé au restant de votre vie.

diabète de grossesse ou diabète gestationnel

Les 5 facteurs de prédisposition :

Quelles sont les femmes enceintes plus à risques de développer un diabète de grossesse ?

  • Les femmes de plus de 35 ans voient leur production d’insuline réduire naturellement. Cela les expose de ce fait à un risque plus important de développer un diabète de grossesse.
  • Bien évidemment, les antécédents familiaux seront à prendre en considération. L’existence d’un diabète chez la mère, les frères et sœurs accentuent également les risques.
  • Une prise de poids excessive au cours de la grossesse. Mais aussi, un surpoids ou une obésité antérieure à la grossesse.
  • Avoir eu un bébé de plus de 4 kg lors d’une précédente grossesse.
  • Avoir déjà eu un diabète de grossesse.

Quels sont les risques pour la maman ?

Les risques d’un mauvais équilibre du diabète de grossesse ne sont pas anodins. Ils doivent être connus pour une bonne prise de conscience.

  • Risque d’hypertension
  • Risque d’accouchement prématuré, difficile ou par césarienne
  • Apparition d’oedèmes

Quels sont les risques pour le bébé ?

Avant tout, ce n’est pas parce que vous avez un diabète de grossesse que votre bébé sera diabétique à la naissance. Il ne risque pas non plus d’avoir des malformations. Le diabète de grossesse apparaît au 2ème trimestre et les organes se forment au cours du 1er trimestre, donc pas de risque. En revanches, d’autres risques réels sont à prendre en considération.

  • Le risque le plus important est la macrosomie. Elle est définie par un bébé trop gros à la naissance, pesant plus de 4 kg. En effet, si vous ne prenez pas soin de réguler correctement vos glycémies durant votre diabète de grossesse, c’est votre bébé qui va en souffrir. L’excès de sucre que votre corps n’arrive pas à gérer sera transmis à votre bébé. Il va le stocker et cela va lui faire prendre du poids, trop de poids.
  • En cas de macrosomie, l’accouchement risque d’être plus difficile et se faire par césarienne. Aussi, votre bébé peut souffrir de lésion osseuse notamment lors de l’expulsion.
  • Hypoglycémie du nouveau-né, c’est-à-dire une chute excessive du taux de sucre dans le sang. En effet, en n’ayant pas équilibré correctement vos glycémies pendant votre diabète de grossesse votre bébé se sera habitué à cette surcharge en sucre. Une fois qu’il ne sera plus lié à vous par le cordon ombilical, il peut se retrouver en hypoglycémie les premiers jours. Cela nécessite un petit apport supplémentaire en sucre. Cependant, l’hypoglycémie du nouveau n’est pas toujours évidente à déceler.

À retenir :

Effectivement, les risques pour la maman et le bébé sont bien présents en cas de diabète de grossesse. En revanche, une prise en charge sérieuse avec une bonne régulation des glycémies permettra de maîtriser tous ces risques.

Quelle alimentation mettre en place afin de maintenir une glycémie stable ?

1. Mettez en place une alimentation équilibrée et variée

diabète de grossesse ou diabète gestationnel mettre en place une alimentation équilibrée

Roulement de tambour ! Il va être primordialement de mettre en place une alimentation équilibrée et variée. Et là, je suis sûre que certaines d’entre vous vont laisser échapper un “c’est tout”. Et bien oui ! Une alimentation équilibrée et variée sera la seule alimentation nécessaire à la régulation de vos glycémies. L’alimentation type diabétique est un modèle à privilégier. Toutefois, dans le cadre d’un diabète de grossesse quelques particularités seront à prendre en compte.

Articles références pour faire le point :

À cette occasion et avant de rentrer dans le vif du sujet de l’alimentation adaptée à un diabète de grossesse, je vous invite à aller faire un point de rappel.

Il va être indispensable de revoir les bases d’une alimentation équilibrée abordée dans l’article : Menu type grossesse – bien manger en attendant votre bébé. Mais aussi l’article : glucides et grossesse, quels sont vos besoins.

Vous aurez ainsi les bases essentielles pour aborder la suite de l’article en toute sérénité. Ainsi, aucun terme spécifique n’aura de secret pour vous. 😉

Nous allons maintenant faire voir les détails essentiels à mettre en oeuvre. Ainsi vous serez mieux protégé, mais votre bébé le sera aussi. Je vous rassure tout de suite, ce n’est pas très compliqué ;).

2. Mettez en place 3 repas par jour

Comme je le disais un peu plus haut, une alimentation équilibrée va être indispensable à l’équilibre de votre diabète de grossesse. Cela passe avant tout par un minimum de 3 repas par jour. Éventuellement, 1 à 3 collations pourront être nécessaires en fonction de vos glycémies.

Les 3 repas vont être essentiels pour étaler correctement votre consommation de glucides (de sucre) tout au long de la journée. Mais aussi, ils permettent de couvrir vos besoins en énergie, vitamines et minéraux.

3. Ne sautez de repas, l’hypoglycémie vous guette !

S’il vous plait, ne sautez pas de repas et surtout pas le petit déjeuner.

Pourquoi ne jamais sauter le petit déjeuner dans le cadre du diabète de grossesse ?

La nuit a été longue et elle entraîne une longue période de jeûne. Il est essentiel d’apporter des glucides pour rétablir votre glycémie et éviter une éventuelle hypoglycémie. Si tel était le cas, celle-ci devra alors être gérée rapidement. Il sera nécessaire de consommer des aliments qui permettront un resucrage rapide (comme du sucre, du sirop, de jus de fruits). Toutefois, il sera préférable de maintenir une glycémie stable et avoir des apports en glucides suffisants et bien répartis pour éviter les hypoglycémies.

Plus l’apport en glucides est régulier au cours de la journée plus cela aide votre corps à réguler correctement votre glycémie. Et bien sûr, cela vous protège des risques de complications.

Les personnes qui ont lu cet article on aussi lu :  Menu type grossesse - Bien manger en attendant votre bébé

4. N’essayez pas de ruser votre organisme, il vous rappellera à l’ordre !

On n’essaie pas de ruser son organisme en faisant double ration de glucides sur un même repas. Par exemple le midi, car vous vouliez vous faire plaisir au resto avec cette énorme pizza. Et vous vous dites que vous vous contenterez d’une petite soupe de légumes le soir. Si j’aborde ce sujet, c’est que je constate régulièrement ce genre de schéma lors de mes consultations. Dans ce schéma, la glycémie fait un yoyo pas possible. Il faudra alors, quelques jours pour retrouver des valeurs acceptables.

Cette parade en temps normal (hors diabète) serait tout à fait adaptée. Cependant, elle n’est absolument pas à mettre en oeuvre en cas de diabète de grossesse. Je le rappelle, les apports en glucides doivent être répartis de façon identique au fil de la journée. Mais aussi d’un jour sur l’autre. C’est de cette manière que vous obtiendrez des glycémies stables et que votre diabète sera maîtrisé.

5. Fractionner l’alimentation en cas de glycémie post-prandiale élevée (après repas)

Si toutefois, vos glycémies sur vos 3 repas restent élevées, il sera alors nécessaire de fractionner votre alimentation. Attention, je ne dis pas par là que l’on va manger plus. L’apport de glucide d’un repas va être scindé en 2. C’est-à-dire qu’une petite quantité telle qu’une tranche de pain du repas par exemple pourra être déplacée 2/3 heures après. Il faudra l’accompagner d’un laitage s/sucre ou d’une poignée d’oléagineux (noix, noisette, amandes, etc) par exemple.

6. Privilégier les céréales complètes pour mieux maîtriser vos glycémies

Les céréales complètes telles que le pain complet, le riz complet, les pâtes complètes seront un bon moyen de maîtriser vos glycémies. En effet, ces produits sont plus riches en fibres et elles permettent de ralentir l’assimilation des glucides. Elles permettent ainsi une diffusion plus progressive des glucides dans le sang.

7. Activité physique et diabète de grossesse : un atout de taille

L’activité physique est conseillée pour toutes les femmes enceintes. Aussi, elle apportera de nombreux bénéfices en cas de diabète de grossesse. En effet, c’est un excellent moyen de réguler ses glycémies. Avec l’aval de votre médecin ou de votre sage-femme, essayez de pratiquer une activité douce (30 à 45 minutes) 3 fois par semaine.

Tout un tas de possibilités s’offre à vous, comme la natation, l’aquagym spéciale femme enceinte, la gym douce, le yoga, le pilate, etc. Sinon allez marcher au moins 30 minutes par jour. Là, vous n’avez pas d’excuses à moins d’avoir une énorme sciatique qui vous en empêche ;).

Mes activités physiques pendant mes grossesses, c’était essentiellement de la marche. J’aime beaucoup marcher, surtout que nous habitons dans un petit village donc c’est plutôt très agréable de se balader. J’ai également pratiqué de l’aquagym classique en début de grossesse puis spéciale femmes enceintes sur la fin.

Une pause bien-être qui fait des merveilles sur la régulation de vos glycémies.

Quelles sont les erreurs à ne pas commettre ?

  • Ne sautez pas de repas. Veillez à une bonne répartition de vos glucides au sein de la journée en fonction de vos glycémies. C’est en surveillant bien vos glycémies et en adaptant en conséquence vos quantités de glucides que vous trouverez l’équilibre. Il n’y a pas de modèle quantitatif alimentaire prédéfini pour chacune. Certes, l’équilibre de l’alimentation sera le même. En revanche, les quantités de glucides seront à adapter. Effectivement, les besoins et les glycémies de chacune détermineront les quantités de glucides nécessaires à chaque repas. Les apports seront également à redéfinir en cas de traitement à l’insuline.
  • Jamais de prise de sucre de façon isolée. C’est le meilleur moyen de se retrouver en hyperglycémie. Je ne veux pas dire ici que vous devez bannir une bonne pâtisserie jusqu’à votre accouchement. En revanche, celle-ci devra être consommée à la fin d’un repas. Aussi, vous aurez pris soin de réduire les quantités de glucides sur le reste des aliments du repas. Par exemple au lieu d’une protéine + des légumes + une portion de féculent + un fruit. Il sera possible de faire une protéine + des légumes + une demi-portion de féculent + une petite part de tarte ;). Bien sûr, cela doit rester occasionnel ;).

Exemple d’une journée type pour se faire plaisir même avec un diabète de grossesse

diabète de grossesse ou diabète gestationnel

Nous allons dans cette partie voir un exemple de journée type que vous pourrez mettre en place au quotidien.

Mais avant cela, j’aimerais vous parler de l’index glycémique. C’est une question fréquente que je retrouve en consultation. Peut-être que cela peut vous intéresser aussi.

Alimentation et Index Glycémique : qu’est-ce que sait ?

Pour vous expliquer cela simplement, je dirai que l’index glycémique est une mesure qui permet de définir quelles actions les glucides contenus dans un aliment vont avoir sur notre glycémie. De quelle façon ils vont la faire varier.

Index glycémique élevé :

On parle souvent des aliments à index glycémique élevé. C’est au dire qu’ils contiennent des glucides qui font monter rapidement la glycémie. Notre corps aura alors besoin de plus d’insuline pour faire redescendre la glycémie. Ces aliments sont bien souvent classés dans la catégorie des produits sucrés, tels que le sucre, les sucreries. Toutefois, d‘autres aliments tels que le pain blanc comme la baguette, le pain de mie, la plupart des céréales du petit déjeuner se situent dans cette catégorie.

Index glycémique faible :

A contrario, les aliments à index glycémique faible auront moins d’impact sur la glycémie. Elle augmentera quand même, mais de façon plus faible et plus progressivement. Cela demandera moins d’insuline à notre corps pour réguler notre glycémie.

J’espère que c’est suffisamment clair, car ce n’est pas forcément une notion évidente.

Qu’est-ce qui influence l’index glycémique ?

Différents facteurs vont donc influencer cet index glycémique :

  • En effet, comme nous l’avons vu plus haut, les fibres seront un allié de taille. Elles permettent de freiner l’absorption des glucides. C’est pourquoi un fruit frais sera préférable à un jus de fruits pressé qui aura perdu énormément de fibres.
  • Tout comme un repas contenant de matières grasses (des bonnes matières grasses sont à privilégier ;)) et/ou des protéines permettront également de limiter la hausse de la glycémie.
  • La nature même des glucides de l’aliment : par exemple, le riz basmati sera à privilégier par rapport à du riz traditionnel.
  • Le raffinage : par exemple, il sera préférable de consommer des produits complets plutôt que des produits raffinés dits “blancs”. En plus, nous perdons des vitamines et minéraux qui sont contenus dans l’enveloppe externe. Les produits raffinés tels que le pain blanc type baguette, les pâtes blanches feront davantage monter la glycémie.
  • Le moment de la journée. En effet, un petit déjeuner trop riche en glucides aura des répercussions sur la régulation des glycémies de toute la journée.
  • La cuisson. Le mode de cuisson “al dente” sera à privilégier par rapport à une cuisson très cuite. La cuisson fait perdre également une grande quantité de fibres aux légumes et aux fruits. Il sera alors intéressant de privilégier des crudités au cours des repas.
Les personnes qui ont lu cet article on aussi lu :  Apéritifs et grossesse, mes recettes et astuces

Une journée type composée de 3 repas :

Les repas de cette journée vont tenir compte de tous les différents points que nous venons d’évoquer.

diabète de grossesse ou diabète gestationnel

Petit déjeuner :

  • Pain complet, pain au levain, pain aux céréales, pain de seigle… (éviter le pain blanc type baguette) (riches en fibres)
  • Un peu de beurre (matières grasses) ou de la purée d’amandes complète (matières grasses et fibres) ou une poignée d’oléagineux (noix, noisettes, amandes, etc.).
  • L’idéale est d‘intégrer des protéines pour leur effet positif sur le contrôle de la glycémie. Aussi nous l’avons vu, ce repas donne le ton pour le reste de la journée, il faut donc mettre l’accent dessus. Cela peut être 1 œuf, 1 tranche de jambon blanc, blanc de dinde ou de poulet (sous vide bien sûr 😉 ou 1 portion de fromage (attention à vos choix de fromages et 1 seule portion par jour) ou 1 laitage s/sucre type fromage blanc par exemple.
  • 1 fruit frais (riche en fibres)

Déjeuner et Dîner :

  • Légumes à volonté (n’oubliez pas que les crudités apportent plus de fibres qui permettent de réguler la glycémie)
  • Une portion de féculent : privilégier les céréales complètes comme les pâtes complètes, le riz complet, etc. Les légumes secs sont également intéressants pour la glycémie, ils sont à intégrer en fonction de votre tolérance (attention risque de flatulences :)). Cela peut être aussi, le pain, le quinoa ou produits réalisés avec de la farine complète ou semi-complète d’épeautre, petit-épeautre ou de légumes secs. Je mange régulièrement des pâtes à base de farine de quinoa ou de lentilles ou de pois chiches, je trouve ça très bon et cela permet de varier les goûts et les saveurs ;).
  • 1 à 2 portions de protéines (en fonction du stade de votre grossesse et de vos besoins)
  • 1 cuil. à soupe de matière grasse pour la réalisation d’un repas (optez pour les associations privilégiant les matières grasses de bonne qualité olive + colza ou noix apportant les acides gras essentiels tels que les oméga 3)
  • +/- un laitage en fonction de vos envies
  • 1 fruit frais (se limiter à 2 portions de fruit par jour)

Collations éventuelles :

  • 1 fruit frais + 1 tranche de pain complet
  • ou 1 tartine de pain aux céréales avec de la purée d’amande complète ou 1 portion de fromage (attention à vos choix de fromages et 1 seule portion par jour)
  • ou 1 fruit + 1 poignée d’oléagineux (noix, noisettes, amandes : brutes, non salées)

J’ai volontairement omis de parler de quantité. Cela sera bien entendu du cas par cas en fonction de votre poids, de vos besoins, mais surtout de vos glycémies. Et bien évidemment en fonction d’un éventuel traitement.

Points essentiels à retenir

  • Ne sautez jamais de repas.
  • Répartissez de façon équilibrée vos glucides au fil de la journée. Ainsi, vos glycémies seront mieux régulées.
  • Mettez l’accent sur un petit déjeuner de qualité.
  • Les petits plaisirs sont autorisés, mais de façon occasionnelle. Il faudra adapter en conséquence les quantités de glucides de votre repas.
  • Pas de prise de sucre de façon isolée si vous ne souhaitez pas voir monter votre glycémie en flèche.
  • Maintenez une prise de poids progressive et adaptée. Il sera également nécessaire de maintenir votre poids si vous êtes déjà en surpoids. Pour cela, appliquez les principes d’une alimentation adaptée à vos besoins.

Avant de terminer, je vous propose d’aller consulter l’ebook téléchargeable de l’équipe soignante de diabétologie et du Professeur Jean-Jacques Altman, Hôpital Européen Georges Pompidou, pour en savoir plus notamment sur la gestion du diabète sous insuline.

Pour plus d’infos sur l’index glycémique et décortiquer tous les détails, je vous propose d’aller lire cet article écrit pas un nutritionniste.

Téléchargez mes idées de menus et mes 17 recettes spécialement adaptées aux femmes enceintes et à la famille

Qu’avez-vous aimé dans cet article ou pas aimé ? On en discute dans les commentaires !

Vos idées d’amélioration et de complément sont les bienvenues, ainsi que votre expérience et vos retours !

  • Quelles difficultés rencontrez-vous concernant l’équilibre de votre diabète de grossesse ?
  • Reste-t-il des points que vous aimeriez aborder concernant votre diabète de grossesse ?
  • Avez-vous une expérience à partager pour aider toutes les femmes enceintes ayant un diabète gestationnel ?

Laissez votre avis juste en dessous, merci beaucoup !

N’hésitez pas à partager cet article avec les personnes de votre entourage qui pourraient être intéressées et sur les réseaux sociaux !

2 COMMENTAIRES

  1. Waou ! merci infiniment pour la rapidité de votre réponse ainsi que pour tous ces précieux conseils ! Ca n’est pas facile d’arrêter le sucre, je ne suis pourtant pas particulièrement sucré habituellement et encore moins chocolat mais j’avoue que depuis la grossesse j’aime terminer mes repas avec une note sucrée et que j’ai tendance à grignoter des sucreries en cas de creux entre les repas. Je fais donc une croix sur les yaourts aux fruits, crèmes brûlées, pâtisseries, beignets et bonbons et mets en pratique mon nouveau régime.
    Pour ce qui est du dépistage, en Belgique on le fait automatiquement, on ne regarde pas aux facteurs de risques et heureusement d’ailleurs car je n’avais aucun facteur de risque.

    Encore merci 🙂

    • Bonjour Laeticia,
      Je vous remercie pour votre message et j’espère que vous avez là toutes les informations nécessaires. Je suis heureuse de voir que le blog touche également les femmes enceintes de Belgique ;). Courage, ce n’est l’histoire que de quelques mois et après tout rentra dans l’ordre. Puis d’ici là, vos envies de sucré auront probablement complètement disparu. Changer ses habitudes alimentaires n’est jamais facile d’autant plus que nos émotions ont un grand pouvoir sur notre alimentation. D’ici un mois, vos envies de sucre devraient être loin derrière vous, votre cerveau aura enregistré les nouvelles informations. C’est là qu’interviens le poids des nos habitudes, il suffit d’un peu de temps (plus ou moins long) pour que nous les intégrions. Et ici, le critère diabète de grossesse devrait être un facteur de motivation supplémentaire à l’implication dans cette nouvelle “alimentation adaptée”. Je n’aime pas trop le mot “régime” et je ne l’utilise jamais. Je trouve qu’il a une connotation négative. Là aussi, le poids des mots a toute son importance. 😉 Faites le test, et trouvez votre propre mot pour décrire ce que vous êtes en train de mettre en place. Je suis sûre que vous verrez la différence.
      Je vous souhaite une très belle grossesse.
      Julie

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here