​​​​​​​​Diversification Menée par l’Enfant : dites Adieu aux Purées !

Nourrisson et Enfant

0 Commentaires

À quelle adresse dois-je vous envoyer mes MENUS pour la grossesse ?

Tout est prêt ! Faites-vous plaisir pendant votre grossesse  :

Mes menus adaptés aux femmes enceintes pour être en bonne santé !

Votre bébé s’intéresse à ce qui se passe à table et essaye d’attraper tout ce qu’il y a dans votre assiette ? La compote sans morceaux que vous lui avez préparée avec amour ne l’intéresse pas ? À la fois attendue et émouvante, l’étape de la diversification alimentaire est aussi redoutée par beaucoup de parents.Pourtant, à la traditionnelle purée donnée à la cuillère, il existe une autre façon de passer du lait à une alimentation solide : il s’agit de la diversification menée par l’enfant (DME). Cette alternative à la méthode classique consiste à faire découvrir les aliments sous leur forme brute. Fini les purées et compotes, place aux vrais morceaux d’aliments que le petit gastronome va manger en toute autonomie !Vous désirez tout savoir sur la DME ? Voici 6 questions-réponses qui vous permettront d’aborder sereinement l’étape de l’introduction des solides.

Qu’est-ce que la diversification menée par l’enfant ?

La DME consiste à introduire des aliments solides dès le début de la diversification alimentaire de bébé. Autrement dit, il s’agit de proposer à l’enfant des morceaux d’aliments assez mous qu’il porte lui-même à sa bouche. Oui, vous avez bien lu : bébé se nourrit seul sans l’intervention de ses parents ! Cette façon de faire découvrir les aliments au nourrisson est assez récente en Europe (méthode conceptualisée par Gill Rapley, infirmière britannique, en 2008). Et pourtant, celle-ci existe depuis des décennies dans les cultures dites traditionnelles, où la nourriture pour bébé n’existe pas.

Attraper les aliments, explorer différents goûts, ressentir de nouvelles textures, avec la DME, l’enfant est acteur de sa diversification alimentaire. C’est lui qui définit la quantité qu’il met en bouche, selon son propre rythme et son envie, et la façon dont il s’y prend. Il découvre de cette façon l’odeur et le goût des aliments avec beaucoup de joie et une grande curiosité. Il participe aux repas familiaux et s’exerce à manger de façon autonome.

Eh oui, de la même manière qu’il apprend progressivement à marcher et à parler, bébé est capable d’apprendre à se nourrir par lui-même. Par ailleurs, offrir à son enfant la possibilité de manger de gros morceaux répond à son besoin de mâcher et de mordre, besoin qui apparaît lors des poussées dentaires. Il apprend ainsi à mastiquer et à déglutir, ce qui est excellent pour le développement de ses mâchoires.

La diversification menée par l’enfant permet également de limiter les blocages alimentaires de bébé qui mènent souvent à des situations de marchandage. En étant actif sur le choix des aliments, ce dernier se sent valorisé et accepte beaucoup plus facilement de goûter à tout.

diversification menee par enfant avantages
diversification autonome pour stimuler les sens de bébé et limiter les blocages alimentaires

Vous êtes convaincue par les bienfaits de cette méthode de diversification et vous avez envie de la mettre en pratique chez vous ? Mais quel est le meilleur moment pour démarrer l’alimentation autonome avec bébé ? C’est justement le sujet de ce qui suit.

Bébé est-il prêt pour la diversification autonome ?

Eh bien, le meilleur moment, c’est celui que votre enfant choisira ! Si vous lui en donnez la possibilité, il vous indiquera clairement quand il sera prêt à manger des aliments solides. Comment ? En piochant dans votre assiette, en regardant avec curiosité et envie ce que vous mangez et, bien sûr, en portant avidement la nourriture à sa bouche !

En règle générale, un bébé est prêt pour la diversification menée par l’enfant à partir de 6 mois. C’est à cet âge que son appareil digestif est assez mature pour traiter les aliments solides. S’il n’est pas prêt, il recrachera automatiquement toute nourriture proposée.

En plus de vous montrer son envie de manger avec vous, assurez-vous que bébé :

  • se tient assis sans aide ;
  • sait tourner sa tête de gauche à droite et peut la bouger de haut en bas ;
  • attrape et porte des objets à sa bouche.

Tous ces critères sont remplis ? Que l’aventure commence !

Comment offrir le premier aliment à bébé ?

La taille des aliments proposés est essentielle si vous souhaitez commencer la DME. En effet, l’enfant doit réussir à tenir facilement la nourriture dans sa main et la porter seul en bouche. C’est pourquoi les aliments doivent être assez gros, de la taille du poing fermé de bébé, pour que ce dernier les agrippe en utilisant ses doigts et sa paume de main ; et assez ferme pour ne pas s’écraser complètement une fois tenus.

Vers 6/7 mois, il est donc recommandé d’offrir de gros morceaux ou de couper les aliments en bâtonnets ou en lanières. Par exemple : un bâtonnet de patate douce ou de concombre cru, une moitié de tomate, etc. Calé sur sa chaise haute, bébé va l’observer, l’écraser pour essayer de le mettre en petits morceaux et le porter seul en bouche.

Il décrochera alors un bout qu’il apprendra à mâcher et avaler. Il y arrivera même s’il n’a pas de dents ! Les bébés mâchent très bien avec leurs gencives. Si votre loulou se retrouve avec un gros morceau dans sa bouche, il sera étonné et vous observera pour voir votre réaction. Dans ce cas, rassurez-le et expliquez-lui que tout va bien. À 6 mois, les petits comprennent déjà bien des choses.

Et surtout, ne paniquez pas, car ils ressentent toutes nos émotions. Voici un exemple de la taille des aliments à offrir à votre loulou lorsque vous débuterez la diversification menée par l’enfant :

diversification menee par bébé formats aliments 6 mois 7 mois
aliment taille du poing fermé de bébé tomate concombre patate douce

Au fil des semaines, votre enfant sera plus habile. Il délaissera l’utilisation de sa paume pour commencer tranquillement à se servir de son pouce, index et majeur. Vous pourrez alors diminuer la taille des aliments et offrir de gros cubes :

diversification menee par bébé formats aliments 7 mois 8 mois
aliments sécuritaires poivron œuf boulette de viande

Enfin, entre 9 et 12 mois, bébé a une meilleure dextérité et est désormais capable de faire la pince avec son pouce et son indexpour prendre des aliments plus petits. Donnez-lui des raisins, des petits pois ou encore des fèves.

diversification menee par bébé formats aliments 9 mois 12 mois
aliments plus petits raisins petits pois fèves

Quoi qu’il en soit, faites confiance à votre bébé. Laissez-le explorer la nourriture à son propre rythme et sans pression. Variez les textures pour améliorer ses capacités masticatoires et sa motricité fine. Et surtout, offrez-lui des aliments de qualité.

Quels sont les premiers aliments à donner à bébé ?

Eh oui, le choix des aliments est essentiel pour répondre aux besoins nutritionnels de bébé. Commencez la diversification autonome de votre loulou avec ces légumes riches en vitamines et remplis de nutriments :

  • une demi-tomate pelée et épépinée ;
  • un concombre coupé en quatre dans le sens de la longueur ;
  • un bâtonnet de patate douce cuite au four ;
  • un bâtonnet de courgette cuite quelques minutes à la vapeur avec sa pelure.

Au départ, proposez un seul légume nouveau par jour pour qu’il découvre le goût de chaque aliment, mais aussi pour détecter plus facilement une éventuelle allergie alimentaire.

Attendez environ deux semaines avant d’introduire les fruits (au goûter par exemple) car leur saveur sucrée risque de le détourner des légumes. La banane (avec manchon) et la pomme entière sont les premiers fruits que je conseille de présenter au début de la diversification menée par l’enfant.

Au fil des jours, vous allez pouvoir élargir le régime alimentaire de votre enfant et lui proposer de nouvelles saveurs et de nouvelles textures.

  • des fruits mous ou assez mûrs: pastèque, melon, poire, quartier de pêche ou d’orange, etc. Pour les fruits à peau épaisse, laissez une portion de la pelure sur la chair afin de faciliter la prise en main par bébé ;
  • des légumes tendres: bouquet de brocoli cuit à la vapeur, bâtonnet de carotte, aubergine, poivron, avocat, asperge, etc. ;
  • de la viande : pilon de poulet, boulette de viande hachée, lanière de bœuf de 2 cm, viande effilochée vers 7 ou 8 mois, etc. ;
  • du poisson : saumon grillé au four, croquette de thon maison, poisson pané maison cuit au four, etc. ;
  • des œufs : omelette coupée en languettes, œuf à la coque coupé en 4 morceaux sur la longueur ;
  • des légumineuses : houmous, purée de haricots noirs ou de lentilles tartinée sur du pain, légumineuses entières vers 9 mois ;
  • des oléagineux : purée d’amande, beurre de cacahuète en tartinade, etc.
aliments pour demarrer la dme
fruits et légumes pour mettre en place la diversification autonome

Pour vous faciliter la tâche et économiser du temps (et de l’énergie !), offrez à votre loulou ce que vous mangez. Adaptez simplement la cuisson pour qu’il puisse tenir l’aliment en main et veillez à ne pas rajouter de sel. En effet, les reins immatures de bébé ne supportent pas le sodium. Privilégiez la cuisson à la vapeur qui permet de préserver tous les nutriments des aliments.

Si vous respectez ces conditions, il pourra manger la même chose que vous dès le début de la diversification. C’est justement l’occasion de présenter à table des aliments sains et attrayants. Vous êtes son modèle, il vous imitera et sera heureux de manger la même chose que vous. Vous souhaitez donner à votre petit gourmet le goût de bien manger ?

Venez découvrir mes 5 astuces pour que votre enfant mange de tout et que vos repas ne se transforment plus en interminables négociations voire en menaces.

Conseils pratiques pour faciliter la diversification menée par l’enfant :

  • faites porter à votre bébé une longue bavette avec des manches ou laissez-le manger en couche pour faciliter son nettoyage (préparez-vous, puisque votre enfant mange seul, il y en aura partout : siège, vêtement, cheveux, visage, sol, tout y passera !) ;
  • installez une toile cirée sous la chaise haute pour récupérer les morceaux tombés et nettoyez votre cuisine en un tour de main ;
  • proposez-lui de petites quantités pour éviter le risque de gaspillage ;
  • mettez directement les aliments sur la tablette de sa chaise haute : pas besoin d’assiette avec ventouse, épargnez-vous de la vaisselle supplémentaire ! ;
  • prenez votre temps : en mangeant seul, bébé a besoin de temps, le repas sera forcément plus long ! ;
  • même s’il mange avec ses mains, vous pouvez laisser sa cuillère sur sa tablette: cela lui permettra de développer sa motricité quand il souhaitera l’utiliser.

L’alimentation autonome présente-t-elle plus de risque d’étouffement ?

Si bébé prend de gros morceaux, le risque de fausse route est-il plus élevé ? La peur de l’étouffement est l’inquiétude première des parents souhaitant pratiquer la diversification menée par l’enfant. Pourtant, selon une étude publiée en 2016 dans le Journal of Human Nutrition and Dietetics1, la diversification traditionnelle est associée à une plus grande fréquence d’épisodes d’étouffement.

Comment l’expliquer ? Avec la DME, bébé apprend à mastiquer avant d’avaler. En d’autres termes, il apprend à déplacer la nourriture intentionnellement de l’arrière de sa bouche vers sa gorge, ce qui le préserve des risques de fausse route. Or, avec la méthode classique où l’enfant est nourri à la cuillère, celui-ci ne développe pas sa capacité à mâcher : les compotes et purées s’aspirent, bébé avale tout rond et a donc plus de risque de s’étouffer.

Il est donc essentiel d’offrir de grands morceaux d’aliments de la taille du poing de bébé au commencement de la DME pour lui permettre de développer sa capacité et son réflexe à mâcher et avaler volontairement.

Par ailleurs, le réflexe nauséeux, très sensible chez les petits de moins d’un an, les protège contre les étouffements. Il leur permet de repousser l’aliment vers l’extérieur bien avant qu’il atteigne les voies respiratoires : s’il va trop loin dans sa bouche, bébé va tousser et avoir envie de vomir pour recracher la nourriture. Ainsi, grâce à ce réflexe, l’enfant peut apprendre à se nourrir de façon autonome et sécuritaire.

Au départ, le réflexe vomitif se situe dans la partie antérieure de sa bouche, c’est-à-dire en bout de langue. Puis à force de mâcher, il se déplacera vers l’arrière permettant d’éviter à l’aliment de faire fausse route. Bien évidemment, soyez toujours à côté de votre enfant au moment du repas. Mordre dans une banane ou un bâtonnet de carotte se fera uniquement sous vos yeux.

Conseils préventifs pour pratiquer sereinement la diversification autonome :

  • offrez à bébé uniquement des morceaux appropriés et sécuritaires ;
  • assurez-vous qu’il soit toujours assis et bien calé sur son siège ;
  • favorisez une ambiance agréable et calme au moment des repas ;
  • ne laissez jamais votre enfant seul pendant son repas ;
  • résistez à la tentation de l’aider, autrement dit n’introduisez aucun aliment directement dans sa bouche.

Est-ce que bébé mange suffisamment ?

Un bébé qui se nourrit seul, mange-t-il assez ? Voilà une question qui revient souvent dans la bouche des parents. Au départ, l’enfant ne mangera pas beaucoup et sera davantage dans une phase d’adaptation et d’exploration : il se familiarise avec la forme et la texture des aliments tout en exerçant sa motricité. Plusieurs semaines sont souvent nécessaires avant que bébé commence à manger des quantités significatives.

Par conséquent, assurez-vous d’offrir des aliments de qualité à chaque repas pour que les petites quantités mangées soient riches en nutriments. Bien évidemment, donnez l’exemple en mangeant vous-même une grande variété d’aliments et surtout montrez que vous les appréciez.

lait pilier de l’alimentation 12 mois alimentation autonome
jusqu’à 12 mois, le lait maternel ou 2e âge reste l’alimentation de base de bébé

Faites-lui confiance, observez ses préférences et respectez son rythme. En le laissant contrôler sa consommation d’aliments solides, bébé est capable d’écouter ses signaux de faim et de satiété. Il n’est donc pas nécessaire de calculer les portions, lui seul sait s’il a faim ou non et lui seul sait combien il doit manger en fonction de son appétit.

Dans mes accompagnements diététiques, je constate, par exemple, que beaucoup de parents donnent trop de protéines animales à leurs enfants alors même que leur système rénal n’est pas mature. Rappelez-vous que de 6 à 9 mois, 10 grammes de protéines par jour suffisent, soit l’équivalent d’environ deux cuillères à café de viande ou de poisson.

C’est pourquoi j’insiste sur ce point : au début de la DME, votre loulou mangera de très petites quantités et c’est tout à fait normal !

Le lait maternel ou infantile reste le pilier de son alimentation jusqu’à son premier anniversaire et sa principale source de protéines. S’il tète à la demande ou que son apport en lait 2e âge reste de 500 ml par jour, il n’y a aucun risque de carences nutritionnelles à craindre.

Ne cherchez donc pas à savoir s’il a suffisamment mangé. Laissez-le explorer la nourriture qu’il a devant lui, prenez plaisir à manger des repas équilibréspour qu’à son tour, bébé éprouve du plaisir à manger des plats variés.

Ce qu’il faut retenir de la diversification menée par l’enfant :

  • Plutôt qu’une alimentation à la cuillère, vous pouvez proposer de grands morceaux de fruits et légumes à votre enfant.
  • La DME est une alimentation de pleine conscience. Bébé se sert seul, observe l’aliment et le porte seul en bouche.
  • Chez un enfant de moins d’un an, le réflexe nauséeux est très fort. C’est bon signe ! En mettant en bouche des aliments en morceaux, votre bébé apprendra à mâcher et à avaler.
  • La diversification autonome permet aussi de moins dépendre de l’industrie agroalimentaire. Une moitié de pomme, un bouquet de brocoli cuit à la vapeur et un concombre feront parfaitement l’affaire !
  • À vous d’établir votre propre façon de faire, rien n’est figé : vous pouvez très bien proposer à votre bébé un bâtonnet de carotte tendre à midi et une purée le soir si le temps presse !

La diversification menée par l’enfant ne se résume pas simplement à supprimer les compotes et purées. C’est bien plus que cela ! Au-delà d’offrir des morceaux à son bébé, il s’agit d’une approche globale d’introduction des solides où l’enfant décide de son rythme alimentaire, respecte ses signaux de faim et choisit ce qu’il veut manger pour sa plus grande joie.La DME, c’est aussi conduire toute la famille, à travers l’enfant, vers une alimentation globalement plus saine. En effet, ce sont VOS actions qui influencent essentiellement le futur comportement alimentaire de votre enfant.

Vous souhaitez profiter de cette étape pour démarrer un changement d’alimentation ? Eh bien, je vous propose qu’on se rencontre en ligne pour mettre en place une alimentation adaptée à vos besoins et ceux de bébé. Ma mission : vous aider à donner à votre loulou l’envie et le plaisir de manger de tout !

 

 

(1) Brown, A. (2017). No difference in self-reported frequency of choking between infants introduced to solid foods using a baby-led weaning or traditional spoonfeeding approach, Journal of Human Nutrition and Dietetics, DOI:10.1111/jhn.12528

 

Téléchargez mes idées de menus et mes 17 recettes spécialement adaptées aux femmes enceintes, allaitantes et à toute la famille

N’hésitez pas à laisser votre commentaire sur la diversification menée par l’enfant juste en dessous !

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à le partager avec les personnes de votre entourage qui pourraient être intéressées et sur les réseaux sociaux !

Vos idées d’amélioration et de complément sont les bienvenues, ainsi que votre expérience et vos retours !

  • Quelle type de diversification alimentaire allez-vous mettre en place ou avez-vous mis en place avec votre bébé ?
  • Après cet article êtes vous plus sereine pour proposer à votre bébé la diversification menée par l’enfant ?
  • Avez-vous pu surmonter votre crainte vis à vis de ce mode d’alimentation ?

 

Noter si cet article vous a aidé
[Total : 1 Moyenne : 5]

Vous pouvez aussi explorer ces articles :

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}
À Propos des Créateurs

Maman de 2 enfants (une petite fille née le 13 juin 2011 et un petit garçon né le 6 février 2014), j’ai souhaité partager dans mon blog le vécu de mes grossesses tout en ajoutant mes compétences dans le domaine de l’alimentation. En effet je suis diététicienne-nutritionniste diplômée depuis 2005.

À quelle adresse dois-je vous envoyer mes MENUS pour la grossesse ?

Tout est prêt ! Faites-vous plaisir pendant votre grossesse  :

Mes menus adaptés aux femmes enceintes pour être en bonne santé !

>

Une semaine pour bien manger

pendant la grossesse et rester en forme !

Mes menus : (7 ptit dej, 7 déjeuner, 7 collation et 7 dîner)

Avec des aliments coupe-faim pour lutter contre les fringales

Entrez votre Prénom et Email pour Recevoir tout de suite mes conseils et commercer à bien manger ! C'EST GRATUIT !!!

Pour les Futures Mamans et Jeunes Mamans 

en pleine forme !