Iode et grossesse, le grand oublié de notre assiette !

2
1309
iode et grossesse essentiel au développement du cerveau du bébé

Iode et grossesse, un élément souvent oublié lors de la prise en charge de la femme enceinte et allaitante. Souvent mis de côté, pourtant il est essentiel au développement cérébral de notre bébé. D’autant plus qu’un simple dosage de l’iode dans les urines permet de déceler une éventuelle carence. Rien de plus simple, et pourtant cette recherche n’est systématique. Les répercutions sur la maman et le bébé peuvent être importantes. Découvrons tout sur ce minéral oublié !

J’ai repris mes analyses urinaires de mes 2 grossesses et à aucun moment je n’ai été dosé pour vérifier une éventuelle carence en iode. Dans ma formation initiale, le point sur l’iode n’était pas très détaillé. Cependant lorsque je me suis formée en micronutrition, ce minéral a pris toute son importance. Iode et grossesse, la bonne combinaison !

Pourquoi l’iode est-il si important pendant la grossesse ?

On s’attarde souvent sur le besoin en fer, le taux de sucre dans le sang, cependant l’iode a lui aussi un rôle essentiel à jouer dans le développement de notre futur bébé.

Grosse carence en iode en France

Selon l’étude SU.VI.MAX (SUpplémentation en VItamines et Minéraux Anti-oXydants) réalisée en France pendant 8 ans en vue de constituer une source d’informations sur la consommation alimentaire des Français et leur état de santé, il est ressorti que 80% des Français seraient carencés en iode.

J’ai beaucoup de mal à comprendre alors pourquoi, une iodurie (recherche de l’iode dans les urines) n’est pas systématiquement pratiquée chez les femmes enceintes au vu de ces résultats accablants ? Surtout, qu’au cours de la grossesse nous effectuons mensuellement une analyse d’urine afin de contrôler la glycosurie (glucose ou sucre dans les urines) et la protéinurie (protéines dans les urines)! Pourquoi ne pas profiter de cette occasion pour ajouter un paramètre aux analyses ?

Les personnes qui ont lu cet article on aussi lu :  Poisson et grossesse, qu’en est-il vraiment pour votre bébé ?

Il serait pourtant essentiel de le faire avant même d’être enceinte, dès que le désir de concevoir un enfant fait surface ou au moins dès le début de la grossesse.

Iode et grossesse, à quoi sert-il ?

L’iode joue un rôle essentiel dans le fonctionnement de la glande thyroïde qui sécrète les hormones thyroïdiennes. Les besoins en iode sont plus importants chez la femme enceinte et allaitante.

Si normalement une femme a besoin d’environ 150 microgrammes d’iode par jour, les femmes enceintes ont besoin d’un apport d’environ 200 microgrammes d’iode au quotidien. Ce besoin se poursuit d’ailleurs tout au long de l’allaitement. Ce sont là, les Apports Nutritionnels Conseillés (ANC) par Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail. 

Une carence en iode chez la future maman peut avoir des conséquences sur le développement du cerveau de bébé (anomalies mentales et troubles psychomoteurs).

En effet, en cas de carence en iode, la thyroïde ne peut pas fabriquer ses hormones ! Idem pour le fœtus dont le cerveau se développe grâce à la thyroïde. Aussi, la thyroïde permet de réguler la température du corps, le rythme cardiaque, le système nerveux, le tube digestif, l’appareil génital… Durant les premiers mois de sa vie in utero, l’organisme du bébé ne peut pas fabriquer spontanément ses hormones. Ce sont donc celles de la future maman qui fonctionnent à plein régime et assurent le travail pour deux !

Vers le 5ème mois de grossesse, bébé a déjà bien grandi et il trouve une certaine autonomie, pour synthétiser lui-même ses hormones. Cependant, il a toujours besoin de l’iode que sa maman lui fournit via le placenta. Et là, les apports alimentaires vont être essentiels.

Iode et grossesse, quels sont les besoins ?

Lorsque l’on est enceinte, on élimine beaucoup plus d’iode que d’habitude. De plus, comme le placenta en pompe une bonne partie, voilà que nous autre future maman sommes plus facilement en carence. Et donc… bébé aussi !

Quelles sont les conséquences d’une éventuelle carence ?

Il est possible de se retrouver en hypothyroïdie. Notamment en cas de première grossesse. Fatigue, irritabilité, insomnie, hypertension peuvent apparaître et venir nous perturber. Il ne faut pas oublier que celui-ci peut induire un risque augmenté de fausse couche. Quant au futur bébé, à moyen terme, il risque de souffrir des conséquences de la carence en iode de sa maman. Les répercutions sur le plan intellectuel et le cerveau, ne sont pas à négliger. En effet, le cerveau connaît une croissance des plus rapide pendant le stade fœtal et il est un gros consommateur d’hormones thyroïdiennes.

Les personnes qui ont lu cet article on aussi lu :  Répartition du poids pendant la grossesse, où vont nos kilos ?

Comment booster ses réserves en iode pendant la grossesse ?

L’iode existe à l’état naturel dans les océans, donc forcément, on va trouver des réserves importantes dans les aliments d’origine marine. N’hésitez pas à consommer régulièrement des crustacés bien cuits, des moules et des poissons de mer (cabillaud, maquereau, merlan, lieu, hareng, sardine, raie, roussette…) pouvant aller de 30 à 400 microgrammes pour 100g. Les algues marines peuvent également être une option, c’est l’aliment le plus riche en iode. Par contre, on oublie les sushis, cependant découvrez une autre alternative dans cet article.

Iode et grossesse : mettez un peu d’air marin dans votre assiette !

On trouve également de l’iode dans les produits issus du terroir tels que les œufs et les produits laitiers, mais en quantité infime.

Vous l’avez compris, les végétaux ne représentent pas la source principale d’iode ! En générale, ils contiennent souvent moins 10 microgrammes d’iode en moyenne pour 100g. Dans le cas d’une alimentation végétarienne, il sera essentiel de se tourner vers les œufs et les produits laitiers pour compenser les besoins en iode. En revanche, il peut être plus difficile de couvrir les apports recommandés en iode dans le cas d’une alimentation végétalienne. Il serait préférable de faire un bilan urinaire pour bien vérifier les réserves. Une supplémentation peut être une option très intéressante et facile à mettre en place.

À titre d’information et pour en savoir plus, vous pouvez retrouver la liste des aliments riches en iode ici

Une autre façon d’obtenir une quantité suffisante de ce nutriment est de remplacer le sel commun par du sel iodé. Toutefois, cette option doit rester limitée et contrôlée, car le risque d’hypertension peut survenir au cours de la grossesse. Ne surtout pas saler plus que d’habitude.

Attention tout de même au surdosage !

Il ne faut pas non plus tomber dans l’excès, notamment avec la consommation d’algues marines séchées qui sont particulièrement riche en iode. Il ne faudrait pas basculer dans le schéma inverse et se retrouver en hyperthyroïdie. Dans ce cas, les conséquences seraient une perte de poids importante, des troubles du sommeil, de la nervosité et des problèmes dermatologiques.

Iode et grossesse : oui, mais sous surveillance !

Toute fois, l’idéal est de pouvoir vous faire accompagner par votre médecin ou votre sage-femme. Celui-ci peut vous prescrire une iodurie pour déceler une éventuellement carence en iode.

Cependant parfois, les apports alimentaires seuls se révèlent insuffisants par rapport aux besoins physiologiques. Une complémentation, sur conseil médicalisé, peut s’avérer nécessaire. 

Mettez de l’iode dans votre assiette : voici ma recette

Une petite recette toute simple qui plaira à toute la famille.

Dos de cabillaud tout en couleur !

iode et grossesse éviter les carences chez la femme enceinte

Recette pour 4 personnes :

  • 2 petits dos de cabillaud
  • 2 oignons
  • 1 poivron vert
  • 2 poivrons rouges
  • 1 poivron jaune
  • 2 tomates
  • 2 gousses d’ail
  • 50 cl de sauce tomate fraîche
  • 1 petite boite de tomate concentrée
  • 20 cl de crème de soja ou de riz
  • un peu d’aneth et de basilic surgelées
  • un peu d’herbe de Provence
  • Sel, poivre à votre convenance
Les personnes qui ont lu cet article on aussi lu :  Enceinte en été ! Comment bien vivre sa grossesse durant l’été ?

Émincez les oignons, coupez les poivrons en fines lamelles et les tomates en petits cubes. Faites revenir les oignons 3 cuillères à soupe d’huile d’olive pendant quelques instants. Ajoutez les poivrons, l’ail haché et les tomates. Laissez revenir le tout à feu moyen. Ajoutez ensuite les herbes aromatiques, la sauce tomate, le concentré de tomate et la crème. Je rajoute un bon verre d’eau pour avoir plus de sauce. Laissez mijoter jusqu’à ce que tout soit cuit. Mettez le cabillaud dans un plat allant au four et assaisonnez-le (je le coupe en plusieurs morceaux à peu près égaux). Recouvrez-le de la totalité de la préparation et faites cuire 15/20 minutes au four. Servez avec du riz basmati ou thaï.

Nous consommons régulièrement du poisson, des crevettes et des moules à la maison en plus du fait d’avoir une alimentation variée ce qui fait que nos apports en iode doivent être corrects.

Points essentiels à retenir :

  • Demandez à votre médecin ou sage femme de contrôler votre iode dès le désir d’enfant ou dès le début de la grossesse.
  • Consommez régulièrement du poisson et des fruits de mer, bien cuits, ils sont riches en iodes.
  • Iode et grossesse : indispensable au bon développement du cerveau de votre futur bébé.
  • En cas de carences et dans l’éventualité que les apports alimentaires soient insuffisants, pas d’automédication, prenez l’avis de votre médecin ou sage femme.

Téléchargez mes idées de menus et mes 17 recettes spécialement adaptées aux femmes enceintes et à la famille

Qu’avez-vous aimé dans cet article ou pas aimé ? On en discute dans les commentaires !

Vos idées d’amélioration et de complément sont les bienvenues, ainsi que votre expérience et vos retours !

  • Iode et grossesse : pensiez-vous que ce minéral était si important ?
  • Je serais curieuse de savoir si un professionnel de santé a vérifié votre taux en iode. N’hésitez pas à partager vos analyses !
  • Avez-vous d’autres recettes de poisson ou de fruits de mer riche en iode à partager ?

Laissez votre avis juste en dessous, merci beaucoup !

N’hésitez pas à partager cet article avec les personnes de votre entourage qui pourraient être intéressées et sur les réseaux sociaux !

2 COMMENTAIRES

  1. Je vous remercie pour cet article très intéressant. Mais je regrette le manque de chiffres. Presque exemple la quantité d’aliments sources d’iode à manger. A quelle étape de la grossesse. Et surtout, les sources vegetaliennes d’iode. Merci

    • Bonjour,
      Merci pour votre commentaire. Suite à cela, j’ai apporté des informations complémentaires pour répondre à vos interrogations qui peuvent également être le cas d’autres futures mamans. Effectivement, les besoins en iode sont difficiles à couvrir dans le cadre d’une alimentation végétalienne. L’utilisation de sel iodé avec parcimonie à la place du sel de table commun peut contribuer à l’augmentation des apports. Cependant, je pense que dans le cas d’une carence vérifiée après analyse, une complémentation durant toute la grossesse et l’allaitement (s’il y a allaitement) sera essentielle.
      J’avais déjà ajouté un lien direct à une table de composition nutritionnelle dans laquelle vous pouvez rechercher les quantités spécifiques en iode par aliments.
      Julie

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here